J’ai perdu mon ancrage

J’ai perdu mon ancrage

Il y a quelques jours j’ai perdu une grand part de mon ancrage.
Celui fort et puissant que transmet un parent.
Mon père est parti, a fermé les yeux une dernière fois et rejoint ses copains qui lui manquaient tant.

…Nous sommes tous à un moment donné traversé, chamboulé, secoué par le décès d’un proche. Mais quand cette mort frappe un de ceux qui constituent votre “socle”, vous vous sentez encore plus chavirer, tel un bateau en pleine tempête.

Pourquoi évoquer cela ici ?
Tout simplement pour (re) parler de l’ancrage d’une façon différente de celle déjà faîte , et aussi parce que cela vient résonner avec l’énergie temporelle du mois et ce qu’elle nous amène à travailler.

Marie-Pierre Dillenseger évoquait dans un post FB l’importance d’être bien ancré en ce mois d’Octobre, mois du Chien d’Eau, pour vivre au mieux tout d’abord les 3 prochains mois puis les 3 nouvelles années qui nous attendent.
Je vous retranscris ses propos  :

“Octobre 2018 (Mois du Chien d’Eau, l’année du Chien de Terre). A tout ceux qui trouvent que les choses n’avancent pas, dites-vous que le mois d’octobre “en rajoute une couche” (donc pas bcp de mouvement) mais ce faisant permet d’enraciner durablement ce que l’année vous a permis d’élaborer (au sens propre et figuré : idée, projet, concept, envie de changement, de liberté, de sincérité, de sens, de faire autrement etc).
Continuez de laisser les choses maturer en profondeur. Concentrez vous sur l’essentiel et agissez la et quand c’est possible. Oubliez les “missions impossibles” ce mois ci. L’eau a repointé le nez mais c’est une “eau de surface” comme une eau de petite pluie ou de ruissellement. Elle nourrit superficiellement et ne permet pas encore le mouvement général. Dans une culture ou un environnement qui ne ferait pas de place au subtil (spirituel, sens, intuition, invisible), le risque de se prendre la tête est grand. Mon conseil est de résister aux prises de tête (frustration, désespérance, conclusion hâtive) et de cultiver les liens que vous avez sans doute déjà avec vos Guides. Rappelez-vous que le Chien contient une énergie de nature Feu, bien cachée en profondeur, et qui n’est autre que cette petite flamme d’humanité que nous avons tous. Faisons lui de la place ce mois ci. Travaillez a mettre en place la suite. 

et la 2nde partie :

“Conseil a tous ceux qui trépignent pour tirer partie de l’énergie temporelle du moment (Octobre 2018 = Mois du Chien d’eau, l’année du Chien de Terre). L’accumulation de l’élément Terre à la fin de deux “années sèches” ne favorise pas le mouvement, les avancées et la communication fluide. Mais comme ces forces de mouvement reviennent en fin d’année – et ensuite pour trois ans – il convient de profiter du moment pour s’ancrer davantage et poser déjà des jalons fermes sur 2019. Sinon vous vous trouverez face au risque inverse l’an prochain d’être entraîné par le courant. Voyez par conséquent dans quel domaine les forces d’inertie et de résistance pourraient vous être utiles…. En clair : on construit les barrages par temps sec, pas qd il pleut.
Rappel: animaux et éléments sont des métaphores.”

 

Un ancrage est un ensemble de choses.
Certes il peut passer par la méditation, les activités manuelles, un retour à la Nature…par exemple. Mais nous allons voir que l’ancrage, c’est aussi votre maison, votre Lieu de vie.
Et également que le 1er des ancrages, c’est celui que vous transmet vos parents, votre famille et vos amis.

Nous n’y prêtons la plupart du temps aucune attention. Mais les choses aussi impalpables que les liens aux autres, tout comme l’énergie d’un Lieu de vie, participent grandement à notre stabilité.

A quoi sert l’ancrage

J’ai déjà écrit un article sur la stabilité, comme évoqué plus haut, donc je ne vais pas réitérer mes propos. Plusieurs façons de l’aborder mais toutes font appel à quelque chose “d’extérieur”. Nous sommes dans le Faire.

Pour résumer à ceux qui ne l’aurait pas lu, votre ancrage, c’est ce qui vous stabilise. Ce qui vous apporte un point d’accroche dans la tourmente, ce qui vous permet de vous poser et ne pas chavirer (pas trop).

Et pour répondre à “A quoi cela vous sert ?”
A vaciller moins durement, à ne pas tomber complètement. A rester debout, à ne pas avoir peur ou du moins un peu moins….parfois. L’ancrage ne vous empêche pas de ressentir les émotions liées à la situation, non. Mais il vous permet d’y faire face. Tout simplement.

Maintenant, voyons comment une maison et une famille participe à notre ancrage.

 

L’ancrage dans ma maison

En Feng Shui, le décryptage de la maison (ou autre Lieu de vie) se fait de plusieurs façons. La 1ere est de déterminer quelles sont la façade et l’assise du Lieu en question. Apparemment bien simple, c’est parfois pour le praticien plus complexe qu’il n’y parait.

ancrage

 

La façade représente en quelque sorte le visage de la maison et va être en lien avec tout ce qui est mouvement, activité et donc développement vers l’extérieur et activité professionnelle.

L’assise elle, sera en lien avec la stabilité nécessaire pour avancer avec santé et le relationnel au sens large.Donc le simple fait dont est construite votre maison, si elle porte en elle une certaine stabilité, solidité va déjà conditionner chez vous une forme d’ancrage…ou son absence.

 

 

 

Rappelez-vous, en Feng Shui un Lieu doit nous soutenir, ou au pire être neutre pour nous. On évite donc tout Lieu qui pourrait nous fatiguer, pomper notre énergie ou nous demander de dépenser plus de nos batteries internes pour nous maintenir à flot.

D’où l’importance donc accordée lors du choix d’un nouveau Lieu de vie à son assise, il induira subtilement stabilité dans la vie de ses habitants.
Les maisons très ouvertes de toute part, et très en vogue depuis quelques années, avec beaucoup de fenêtres, baies vitrées, …ont donc un “coût” pour leurs habitants : elles les obligent à puiser dans leurs propres ressources personnelles pour rester stable. Et pour ceux qui auraient une quantité de ressource interne plus faible, elles les déstabilisent encore plus vite. Fatigue, énervement, prise de tête, impossibilité de se poser, de s’arrêter, sur-activité….sont le genre de situations induites.

Alors comment se projeter vers l’extérieur, déployer ses projets et développer sa vie professionnelle par exemple, quand notre corps passe une grande partie de son temps à combler un manque, une stabilité qui n’est pas induite par notre Lieu de vie ?

Heureusement, de petites actions simples permettent déjà de limiter cette “perte d’ancrage”.
Si vous vivez dans un Lieu très ouvert, avec beaucoup de fenêtres par exemple, fermez impérativement vos volets tous es soirs, ramenez une vraie tête de lit à votre lit, utilisez des doubles-rideaux sur vos fenêtres si un éclairage public vient illuminer votre chambre la nuit, choisissez des chaises ou canapé avec de hauts dossiers….autant de petit pas bien simples mais qui vous permettront de réintroduire une valeur importante dans ce Lieu de Vie : le soutien, la solidité, la stabilité. Et donc une meilleure vitalité.

Cela ne fera pas tout, bien sûr ! mais petit à petit, cela contribuera à recharger vos batteries de la bonne manière. 
D’autre part, plus tout ce qui concerne l’assise d’un Lieu sera renforcée, plus cela renforcera et donc ancrera votre propre énergie.

A noter que pour certains Lieux, c’est également leur orientation géographique qui va là apporter un ancrage. Ce type de Lieu attire à lui des personnes qui ont soit besoin d’une stabilité plus grande, soit qui sont déjà bien stables.
Mais là, seule une analyse Feng Shui permet de déterminer précisément si ce type de situation est présent ou non.

 

L’ancrage dans ma vie

Évoquons maintenant la 2nde partie de l’ancrage. Celui amené par les parents tout d’abord, la famille, les proches, les amis. Tout aussi subtil que le 1er, il est lui aussi très important.

Nous sommancragees tous un soutien pour quelqu’un et avons tous des personnes qui nous soutiennent. Parfois seulement de temps en temps mais ces personnes sont là si besoin. Tout comme nous pouvons être là pour elles.
Si nous nous retrouvons dans une situation où nous manquons d’assistance ou de stabilité, cela vient fragiliser notre état interne, autrement dit notre propre ancrage.

Aucun de nous ne peut rester stable dans une situation difficile sans un quelconque soutien, même temporaire.
Il est donc très important d’identifier, de reconnaître consciemment, les personnes proches ou moins proches, qui peuvent être des soutiens pour vous…et d’en prendre soin !
Au moins 1 personne mais l’idéal est bien sûr d’en identifier plusieurs en fonction des différents domaines de vos vies par exemple.

Et si vous vous apercevez qu’il y en a bien peu, alors n’en faîtes pas un drame et prenez le temps de chercher de nouvelles personnes sur qui compter. Voisins en cas de pépins pour le bricolage, personne que vous employez pour garder les enfants, votre cousin, votre meilleure copine, un médecin….cherchez et trouvez un soutien même temporaire.

Dans cette perte d’ancrage que m’a amené à vivre ce décès, j’ai eu de la chance.
Tout d’abord parce que mon Lieu de vie fait partie de ceux qui de par leur orientation, sont très stable. Et ensuite, parce que, sans que j’en ai vraiment conscience au début, les amis proches et moins proches, les voisins aussi se sont manifestés comme autant de petites béquilles, assises donc pour reprendre la métaphore avec le Lieu, sur lesquels m’appuyer.

Présents par leurs mots, insufflant une certaine énergie, présents par leurs actions pour d’autres. Me, nous, permettant de nous reposer sur eux. Rien qu’un peu.
Toutes ces petites attentions en apparence bien futiles, nous ont permis de rester debout, de ne pas chavirer totalement, tout comme de ne pas trop puiser dans nos ressources personnelles.
Dans cette période si triste à vivre, toutes ces personnes nous ont aidé, ont pris soin de nous.
Notre ancrage vacillant a été renforcé par 2 choses totalement subtiles : d’abord notre Lieu de vie et ensuite nos proches et amis.

L’ancrage est bien un ensemble de choses. Certaines passent donc par le Faire et dépendent de nos actions. Et d’autres demandent d’y prêter attention car elles ne sont pas vraiment visibles.

 

Et vous, quel est votre ancrage ?

A travers ce qui vient d’être écrit et pour revenir aux propos de Marie-Pierre Dillenseger sur l’importance d’être ancré en ce mois d’octobre, regardez votre ancrage sous un nouvel angle.

 

Tout d’abord, votre maison ou appart

ancrageOu Lieu de vie quel qu’il soit.
Est-il très ouvert ou au contraire a-t’il un côté qui semble plus fermé ? Prenez le temps de regarder ce Lieu avec un oeil nouveau.
Si vous avez un Lieu de vie très ouvert, adoptez les petites modifications basiques évoquées plus hauts (volets fermés le soir, tête de lit, etc…). Si vous identifiez une partie de la maison plus stable, plus calme, avec moins d’ouvertures donc, pouvez-vous y installer un fauteuil, un coin cosy, votre tapis de yoga …pour vous y ressourcer ?

 

 

Faîtes confiance à votre intuition naturelle, évitez juste de vous installer au centre d’une pièce entouré de baies vitrées par exemple ;-). 
Cet endroit représentera votre ancrage dans ce Lieu d’habitation.
Vous viendrez vous y ressourcer si besoin.

 

Ensuite dans votre vie

Quelle(s) personne(s) représente(nt) votre ancrage selon vous ? Sur qui pouvez-vous compter en cas de pépin ?
La nounou qui répond toujours présente même en cas d’imprévu ? Les copains toujours prêts à prêter main forte ? La famille ? …Il n’y a pas de personnes idéales, et il peu y avoir autant de soutien que de situation différente. Tous sont un point d’ancrage même petit.

Et surtout, une fois que vous aurez identifier ces personnes, prenez soin d’eux, chérissez-les. Tout s’entretien, y compris et surtout ce lien invisible qui fait que vous pouvez compter sur eux.

 

Enfin, en ce mois d’octobre, mois du Chien d’eau

Ce mois se termine le 7 novembre 2018. D’ici là, prenez un peu de temps pour vous et demandez-vous dans quelle situation vous auriez besoin de plus d’ancrage ?
Est-ce professionnellement, pour développer une activité ou gravir des échelons ? Dans une ancragesituation stressante à laquelle vous faîtes face ? Dans une situation plus personnelle en lien avec votre couple, vos enfants ou vous vous trouvez dépassé ? Au niveau de votre santé ?
Faîtes le point. Interrogez vous sans complaisance, ni culpabilité.
Qui est là pour vous dans tel domine ? Est-ce suffisant ? Ou auriez-vous besoin de plus ?
Vous ne voyez ou n’identifie personne dans une situation où vous auriez besoin de soutien, d’ancrage ? Ok, alors que pouvez-vous mettre en place pour que cela change ?
Un thérapeute, un médecin peuvent par exemple aussi être des soutiens pour vous même temporairement.

 

L’ancrage, c’est un point d’appui solide. Pas nécessairement éternel…
Identifiez les vôtres. Créez-en de nouveaux si besoin.

J’ai perdue une grande partie de mon ancrage. Mais tous ces petits liens crées et mis en place bien inconsciemment depuis des années m’ont apporté l’appui solide dont j’avais besoin dans cette période.

Ce mois du Chien d’eau m’a donc déjà fait identifier l’ancrage puissant en place dans mon Lieu de vie et ma vie personnelles à travers ce moment douloureux.
Identifier tout cela maintenant vous permettra non seulement de renforcer votre ancrage mais aussi de mieux vous connaître. Tout comme de vous préparez au mois et années à venir.

Alors prenez soin de vous.

 

Share Button
signature eau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre − 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.